Vente en Vrac : la France au cœur du renouveau

Vente en vrac : la France au cœur du renouveau

Qu’est-ce que le Vrac ? Il y a encore quelques années, peu d’entre nous auraient su répondre à cette question. Aujourd’hui il devient difficile d’ignorer le phénomène et, pour les initiés que nous sommes, de résister aux charmes de ce mode de consommation. Alors à vos bocaux ! Aujourd’hui nous vous prouvons que le Vrac n’est pas seulement une secte de granivore.

 

La petite histoire du vrac

En bref, le vrac désigne la vente au poids de produits alimentaires, d’entretien ou d’hygiène non-conditionnés. Il ne s’agit pas d’une pratique nouvelle. La vente en vrac était fréquente pour une large gamme de produits avant l’avènement de la grande distribution – qui entraînera sa quasi disparition dans les années 1960. Certains produits, les légumes, les fruits, la viande – et de manière générale le «vrac du réfrigérateur» -, n’ont jamais cessé d’être vendus, au moins partiellement, en vrac. Ces dernières années c’est le «vrac du placard» (céréales, riz, oléagineux, …) qui fait son retour en force chez un certain nombre d’épiceries, pour la simple et bonne raison qu’il ne pâtit d’aucuns freins logistiques ou sanitaires.

La petite histoire du vrac

Aujourd’hui les magasins spécialisés proposent en moyenne 400 références en vrac et jusqu’à 1000 références pour les franchisés Daybyday. L’extension de la vente en vrac à toute catégorie de produit s’est accélérée en 2013 avec la publication du Best-seller Zéro déchet par la franco-américaine Béa Johnson. En France, le vote de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (adoptée le 30 Janvier 2020) a renforcé la légitimité et la visibilité de ce mode de consommation. Le premier réseau professionnel (Réseau Vrac) et la première franchise spécialisée dans la vente en vrac au monde (Daybyday) se sont par ailleurs développés sur le sol français – même si cette pratique est historiquement plus répandue en Italie et en Allemagne.

 

Le vrac en quelques chiffres

  • +41% de Chiffre d’affaires en 2019
  • Daybyday : 1ère franchise spécialisée dans le vrac au monde
  • 2 magasins en 2013 ⇒ 486 en 2020 selon Réseau Vrac

 

Les avantages du vrac

Aujourd’hui le renouveau du vrac en France tient de l’évidence tant les avantages de ce dernier sont nombreux. Il permet d’abandonner le plastique à usage unique, d’acheter selon ses besoins et de payer un prix raisonnable (entre 5% et 40% moins cher selon les produits) tout en rétribuant équitablement les producteurs locaux. L’utilisation par chacun de ses propres contenants réutilisables pousse la logique éco-responsable encore plus loin. L’idée est la suivante : si le recyclage est une solution transitoire, le réemploi* doit être l’objectif à terme. La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a élevé cet objectif au rang de principe. Mais le chemin est encore long et certains projets plus ambitieux restent à l’état d’embryon – notamment la mise en place d’un système de consigne, suggéré par l’association Zero Waste France. L’instauration d’un tel processus à l’échelle nationale ne semble pas d’actualité mais au vu de la multiplication des initiatives citoyennes sur le sujet, elle pourrait bien le devenir très rapidement (la consigne est déjà de retour en Drôme et en Ardèche depuis 2019).

*le réemploi signifie l’utilisation répétée d’un contenant pour le même usage et ce, pour une durée maximale

Les avantages du vrac

 

Prise de conscience et initiatives citoyennes

La consultation citoyenne ActionEnvironnement, ouverte le 5 novembre 2019 et fermée le 15 Février 2020, a permis de recueillir 13600 propositions émanant de 540000 participants. Ces propositions ont été classées selon leur pertinence par 2,3 millions de votants. Cela a permis de faire émerger 13 consensus qui offrent, à défaut de solutions claires, un aperçu des chantiers jugés prioritaires par les citoyens français. Parmi ces 13 points, 4 concernent la gestion des déchets : diminuer ou arrêter le suremballage et les emballages individuels (1)*, améliorer les filières de tri et de recyclage (3), augmenter la durée de vie des produits (8), interdire le plastique en particulier à usage unique (10). Le vrac est envisagé comme une solution à ces différents enjeux.

* par ordre d’importance

Prise de conscience et initiatives citoyennes

 

La consigne (réemploi) des contenants : l’avenir de la vente en Vrac

Selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie) « un emballage consigné est un emballage pour lequel l’acheteur verse une somme d’argent, la consigne, qui lui est rendue lorsqu’il retourne l’emballage afin que ce dernier soit recyclé ou réutilisé dans le cadre du réemploi pour les emballages re-remplissables ». Ce système n’est, là encore, pas nouveau. En 1799 l’entreprise irlandaise A&R Thwaites & Co offrait déjà deux shillings pour chaque bouteille retournée. Le principe s’est diffusé à travers le monde et reste plébiscité par un certain nombre de pays comme l’Allemagne. En France la consigne a disparu dans les années 1980 au profit des emballages uniques – à l’exception de l’Alsace où elle est particulièrement appréciée des brasseries. Ces dernières années plusieurs projets visent à restaurer un système de consigne à grande échelle, comme c’est notamment le cas en Drôme et en Ardèche depuis 2019. Consigner une bouteille permet de la réutiliser jusqu’à 400 fois et ainsi de limiter considérablement le gaspillage des ressources nécessaires à sa fabrication (75% d’énergie primaire économisée par rapport au recyclage).

La consigne (réemploi) des contenants : l'avenir de la vente en Vrac

L’association Zero Waste France résume parfaitement les avantages de la consigne pour les commerçants :

  • Elle permet de réduire les coûts liés à l’achat d’emballages jetables.
  • De fidéliser les clients – notamment lorsqu’une quelconque incitation financière est inclue.
  • Mais aussi d’attirer de nouveaux clients séduits par le mode de consommation zéro déchet.

Pour les consommateurs, les avantages de la consigne sont à la fois financiers et moraux : elle permet de réaliser des économies tout en réduisant l’impact de leur consommation sur l’environnement. D’autre part, les projets de « drive en vrac », amenés à se multiplier dans les années à venir, s’accompagnent généralement d’un système de consigne – pour des raisons logistiques et idéologiques.

En bref, la consigne est un système gagnant-gagnant.

 

Le Vrac près de chez vous ?

Les épiceries spécialisées dans la vente en vrac sont nos premiers partenaires et nous sommes fiers de figurer au rayon « zéro déchet » d’un certain nombre d’entre eux.
Réseau Vrac, déjà évoqué plus haut, recense la majorité des acteurs de ce secteur en France, en Belgique et au Luxembourg. Regardez s’il y en a un près de chez vous !

 

 

Nos partenaires à Montpellier

Si cet article vous a plu et vous a décidé à opter pour le vrac (sait-on jamais), vous pouvez également consulter nos 10 conseils pour être éco-responsable !

 

Sources

www.terre-net.fr / www.lemonde.fr/shampoings-lessive… / www.lemonde.fr/dechets-un-projet… / reseauvrac.org / about.make.org / blogs.mediapart.fr / www.zerowastefrance.org / fr.wikipedia.org